La peine capitale : pour ou contre ?

Au Canada, 62 % de la population est pour le retour de la peine de mort (de 32 à 69 % au Québec depuis 1990) ; l’affaire Turcotte n’a pas aidé à faire baisser  ces taux. Aux États-Unis, il se trouve qu’on a prouvé l’innocence de 138 personnes dûment déclarées coupables et condamnées à mort pour des crimes horribles depuis 36 ans. Dans ce pays, 41 % des condamnés à mort sont des Noirs (12 % de la population). Dernière exécution au Canada : 11 décembre 1962. Au Québec : 11 mars 1960.

LA PEINE DE MORT : JUSTICE OU VENGEANCE ?

La peine capitale est sans retour et touche l’ensemble de la famille d’un condamné. De plus, elle n’est jamais appliquée d’une façon équitable. Un proverbe russe dit : avec une bourse au cou, une personne ne peut être pendue. De fait, un bon  avocat peut faire toute la différence : O. J. Simpson, Guy Turcotte, etc. Et l’erreur judiciaire est plus fréquente qu’on ne le croit : Cordélia Viau et James Parslow… (Pauline Cadieux)

          En 1959, Steven Truscott devient à quatorze ans, le plus jeune condamné à mort de l'histoire du Canada. Un jury le déclare coupable du meurtre de Lynne Harper âgée de 12 ans. La Cour suprême du Canada confirme le verdict de culpabilité en 1966. Après 10 ans d'emprisonnement, il est libéré en 1969, sans être acquitté. Ce n'est que 38 ans plus tard, en 2007, que la Cour d'appel de l'Ontario conclut que sa condamnation était erreur judiciaire.

         Les verdicts semblent parfois être le résultat d’une loterie. James Ladéroute assassine un colporteur, Georges Solomon, le 25 août 1905, dans les environs du Lac-des-Loups. Premier procès à Bryson ; le jury refuse de le trouver coupable de meurtre prémédité. Le procès est repris à Hull et Ladéroute est condamné à 20 ans de prison.

         Graham Lapierre (23 ans) abat son père (Allan James Lapierre, 64 ans) de trois balles de revolver à l’hôtel Ottawa House, à Hull, le 22 juillet 1950 et blesse gravement le policier Georges Rémillard. Condamné le 11 janvier 1951 à 7 + 3 ans de prison. Recommandation de clémence. Il avait pourtant dit à son père, le jour précédent le meurtre, qu’il le tuerait. Donc, crime prémédité !

Les autorités judiciaires peuvent rester totalement froides vis-à-vis un crime commis par désespoir. Pa exemple l'affaire Théophile Bélanger (1849-1904). Ce dernier assassine son beau-frère, Antoine Séguin,qui ne cesse de l'abaisser devant sa famille, 12 février 1903. Crime prémédité. Exécuté.

POUR OU CONTRE LA PEINE DE MORT

On peut se poser la question suivante : les résultats des procès sont-ils aussi imprévisibles que la loterie ? Les pauvres sont-ils plus nombreux à subir la peine capitale ? Et si votre fils, votre père ou votre conjointe était reconnu coupable d'homicide volontaire, seriez-vous en faveur de son exécution ?

 

  • uta.aoutaouais@usherbrooke.ca

Salle 6 Campus 3 196, Notre-Dame, Gatineau