La malédiction des Habsbourg

          Vous souvenez-vous du fameux roman et de la sériée télévisée historiques de Maurice Druon intitulés : Les Rois maudits ? Le roman a été construit autour d’une malédiction : « Pape Clément !... chevalier Guillaume !... Roi Philippe... Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment !... Maudits ! Maudits ! vous serez tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races !... »

          Ces paroles (rapportées par le chroniqueur Geoffroy de Paris) ont été prononcées le 18 mars 1314, par le dernier Grand maître des Templiers, Jacques de Molay, supplicié sur le bûcher de l'îlot des juifs, à Paris. Quelques jours après son exécution, les toits du Palais Royal sont recouverts d'une véritable nuée de corbeaux comme un présage de malheur, un signe de deuil... Les nuits de Philippe le Bel en auraient apparemment été troublées jusqu'à sa mort !

          Le 20 avril 1314, le pape Clément V succombait des suites d'une affection intestinale. Le 29 novembre suivant, c’est Philippe IV le Bel qui meurt à son tour quand il est jeté bas de son cheval au cours d’une chasse au sanglier[1]. Le mauvais sort s’acharne sur la famille régnante et les trois fils de Philippe le Bel – Louis X le Hutin, Philippe V le Long et Charles IV le Bel – ne régneront en tout que pendant 14 ans et mourront sans descendance mâle, mettant ainsi fin au règne des Capétiens directs.

          Il y a de nombreux exemples de malédiction familiale dont celle des Kennedy est sans doute la plus connue. La plus étonnante est probablement celle des Habsbourg qui commence avec François-Joseph 1er, empereur d'Autriche-Hongrie de 1848 à 1916. Nobles depuis 900 ans, les Habsbourg, occupaient le trône autrichien depuis 4 siècles. Mais François-Joseph conduira sa dynastie et l'empire austro-hongrois à leur perte définitive.

          L’histoire du règne de François-Joseph a mal commencé avec des soulèvements dans le pays. Puis il épousera la très belle duchesse Élisabeth de Wittelsbach, surnommée affectueusement Sissi – cette histoire d’amour a été popularisée au cinéma par la très belle actrice austro-française Romy Schneider. Ce couple avait tout pour être heureux : l’amour, la beauté et l’argent. Malheureusement, elle est marquée par la malchance. Le couple impérial a un fils, Rodolphe, qui se marie à son tour. Mais Rodolphe n’a pas de garçon. Le 30 janvier 1889, on découvre son cadavre et celui d’une jeune baronne, Marie Vetsera, dans un pavillon de chasse de Mayerling. On a prétendu que le couple s’était suicidé. Aujourd’hui, plusieurs prétendent qu’il a été assassiné.


        Comme François-Joseph n'a plus de descendance mâle, seules ses frères peuvent lui succéder. Malheureusement, Maximillien qui a tenté de se tailler un empire au Mexique y est fusillé en 1869 et son épouse, Charlotte, sombre peu après dans la folie. Son autre frère, Charles-Louis, deux fois veuf, a deux garçons. D'une grande piété, il insiste, au cours d'un voyage en Terre Sainte, pour boire de l'eau du Jourdain. Il attrape alors une infection intestnale et en meurt en peu de jours. La tragédie de la famille impériale n'est toutefois pas finie.

          Sissi, contrairement à la légende fabriquée par le cinéma, était une femme à l'équilibre psychique précaire : elle souffrait de mélancolie, d'anorexie et de narcissisme pathologique. Pas étannant que sa bele-mère la surveillait de près. Le 10 septembre 1898, à Genève, Sissi est assassinée par l'arnarchiste italien Luccheni. L'année précédente, sa soeur avait péri dans l'incendie du Bazar de la Charité à Paris. Ajoutons qu'un cousin des deux soeurs, Louis II de Wittelsbach, roi de Bavière, était mort fou en 1886.

          C’est donc l’archiduc François-Ferdinand, neveu de l’empereur, qui devient alors l’héritier présomptif au trône de l’empire austro-hongrois. Mais en 1914, un étudiant serbe l’assassine, avec son épouse, à Sarajevo. Un mois plus tard, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie. S’ensuit alors l’horrible carnage de la Grande Guerre. En 1916, l’empereur meurt. Son neveu, Charles, lui succède pendant une brève période de temps, jusqu’au moment où l’empire austro-hongrois s’effondre en 1918.

          La malédiction des Habsbourg est elle contagieuse ? Quoi qu’il en soit elle s’est propagée au-delà de la famille impériale. J'ai écrit plus haut que le rôle de Sissi a été tenu, au cinéma, par l’excellente Romy Schneider. Or, David, le fils de l’actrice, est mort accidentellement en 1981, à l’âge de 14 ans, empalé sur les piquets d’une clôture. Moins d’un an plus tard, le 29 mai 1982, l’actrice meurt à son tour ; elle n’avait que 43 ans.

Sources:

DRUON, Maurice, Les rois maudits, Le livre de poche, Paris, 1970.
Généalogie des Habsbourg et des Wittelsbach.
VENNER, Dominique, Le Siècle de 1914 - Utopies, guerres et révolutions en Europe au XXe siècle, Paris, Pygmalion, 2006.
Wikipédia.


[1] Contrairement à l’affirmation de Maurice Druon, le chevalier Guillaume de Nogaret n'est pas mort après l’exécution du Grand maître en 1314, qu'il avait fait arrêter en 1307, mais avant, en 1313.