Méli-mélo

Saviez-vous que ?

SAVIEZ-VOUS QUE...

HULL Arrivée des autobus Ford du Transport Urbain à Hull le 26 août 1946. Ils ont été achetés au coût de 70 000 dollars chacun et remplaceront les tramways en décembre suivant. (CRAO, fonds Louis Bisson) Mis en ligne le 10 janvier 2016.

HULL Les ouvriers qui travaillent à la fabrication de la brique pour M. C. B. Wright près de Tétreauville ont trouvé dans la glace à une profondeur de 22 pieds environ des ossements de loup marin, de l’espèce de ceux qui habitent le golfe St-Laurent. On suppose qu’autrefois à une période très éloignée les eaux de l’Océan couvraient toute la vallée de l’Ottawa, comme l’indiquent d’ailleurs les terrains d’alluvions qu’il y a en différents endroits. Les ossements ont été donnés au musée géologique. La Vallée d’Ottawa (Hull), 10 février 1888. Mis en ligne le 20 mai 2015.

AYLMER En juillet 1927, le conseil municipal ordonne l'enlèvement des cabanes d'un bidonville situé le long du rivage du lac Deschênes. (Archives de la Ville de Gatineau, dossier A001-10C. 4-0006.) Mis en ligne le 20 mai 2015.

HULL – Au mois de mai 1952, la Ville de Hull expulse une centaine de familles du bidonville appelé Creekside. Ce bidonville était situé du côté ouest du ruisseau de la Brasserie, entre la rue Dumas et le boulevard Montclair. Mis en ligne le 24 janvier 2015.

 HULL – Dans les années 1930, la Vie paroissiale, organe de presse des Oblats de Marie Immaculé, avait des poussés d'antisémitisme. Comme preuve, le texte suivant : La guerre est déclarée. « […] L’esprit du mal se pose contre le Christ et son œuvre, comme le Juif s’est posé contre Lui devant Pilate ; et cette race orgueilleuse doit encore aujourd’hui maintenir son jugement à la face de la terre ; elle se doit, fidèle à son apostasie, de continuer par tous les moyens à détruire le souvenir du Christ dans l’esprit des humains ; la juiverie doit pénétrer coût que coûte dans la mentalité des nations de la terre pour y installer en reine l’hypocrisie maudite qui tue l’esprit du bien et oppose le mensonge et la malhonnêteté à la seule Vérité et à l’éternelle Justice.

« Voilà la plus vile des guerres et la plus ravageuse. Deux généraux !... LE BIEN et LE MAL!... Lequel des deux servirez-vous ? […] » Signé de G. Champagne, o.m.i., directeur des retraites fermées. (La Vie paroissiale (Hull), 31 juillet 1938. Mis en ligne le 16 août 2014.)

HULL – Voilà une nouvelle quasi incroyable et qui montre combien on ne se préoccupait pas de l'hygiène il y a une centaine d'années. « Les vidangeurs [on parle ici des éboueurs] ont commencé à jeter leurs boîtes et barils d’immondices, au bas de la rue Albert (Hôtel de Ville), sur la glace, à deux pas de l’endroit où les charroyeurs d’eau vont puiser l’eau, et sur le chemin même des voitures qui vont à Ottawa ou qui en reviennent. Si le conseil municipal n’a aucun pouvoir pour forcer les vidangeurs à porter un peu plus loin sur la glace leurs immondices, qu’il les fasse lui-même enlever à la mesure que vidangeurs les y déposeront. Cet état de chose ne peut durer. » La Vallée de l’Ottawa (Hull), 29 décembre 1884.

HULL – Trouvé dans les registres de la Cour des sessions de la paix, du 17 juin 1936. le jugement suivant : Pour avoir criminellement tenté de se suicider, Margaret S... est condamnée à 18,75 $ de frais de cour, à une caution de 100 $, à garder la paix, à vivre à l’écart de Hull à défaut de quoi elle devra purger 8 jours de prison. Ça n'a pas dû améliorer  l'état psychologique de la dame en question ! 

GATINEAU –  Comme la ville est entourée d'eau, il y a toujours eu beaucoup de noyades, et ce, même l'hiver. C'est ainsi qu'en 1941, cinq garçonnets périssaient tragiquement quand ils se sont enfoncés sous la glace de la rivière des Outaouais, en face de Gatineau, près de l'île Laverdure (aujourd'hui île Kettle). Il s'agissait de Jack Napier, 6 ans ; Kenneth Dixon, 6 ans ; Raymond et Robert March ; 5 et 6 ans ainsi que Gordon Smithe, 4 ans. Le Droit (Ottawa), 6 mars 1941.

OUTAOUAISIl y avait, en 1922, au Québec, un grand débat sur le vote des femmes. À cette époque, il ne leur était pas permis de voter aux élections provinciales. Des femmes militaient alors pour faire changer la loi, et ce, au grand désespoir des dirigeants politiques, dont le premier ministre Taschereau, et des ecclésiastiques. C’est alors que la Fédération des femmes canadiennes-françaises a écrit au premier ministre : « la très grande majorité des femmes de cette province sont opposées au suffrage féminin comme elles le sont également au divorce et à l’instruction obligatoire. » Elles ont tout de suite été appuyées par la section de Québec qui déclarait alors : « Si la nature n’interdit pas formellement à la société de concéder à la femme le droit de participer, par son suffrage, aux élections politiques, elle lui conseille nettement et fortement, sauf en vue d’un bien d’ordre supérieur, de ne pas accorder ce droit. » Et le journal Le Droit (Ottawa) de conclure : « Il est fort peu probable que l’on n’ait pas avant longtemps le désagréable plaisir de voir les femmes… politiciennes. »

BUCKINGHAM – C'est en février 1938 qu'a été inauguré le premier arena de l'ancienne ville doté d'une glace artificielle, soit près de vingt ans avant Hull. The Buckingham Post (Buckingham), 18 février 1938. (Mis en ligne le 2 février 2014) 

HULL – Le parc Fontaine était autrefois un lac appelé Flora et propriété de George C. Wright. Il a été comblé de 1912 à 1919. Sa superficie était d'environ six hectares. (Mis en ligne le 2 février 2014)

HULL – En juillet 1957, il y avait 70 cabanes/chalets au lac Leamy/La Gappe/Silver Beach dont 28 étaient occupés de façon permanente. (Mis en ligne le 16 janvier 2014)

HULL – À midi quinze, lundi dernier, un violent coup de vent s’est produit dans la partie nord-ouest de Hull. Des dommages sérieux en sont résultés. La maison en bois de M. Anthime Meloche, coin des rues Adélaïde et St-Hyacinthe, a été entièrement démolie, de même que la cuisine y (sic) attachée. Deux enfants de M. Meloche, Aimé, âgé de cinq ans, et Léo âgé de neuf mois, ont été retirés de sous les décombres, assez sérieusement blessés. Les autres membres de la famille ont (sic) échappé indemne. Les dommages sont de plus de 500 dollars. Le Spectateur (Hull), 11 juillet 1912. (Mis en ligne le 16 janvier 2014)

  AYLMER – La première exécution capitale d'une personne en Outaouais a été celle de l'unijambiste François-Xavier Séguin dit Ladéroute, le 2 octobre 1863, à Aylmer. Il avait été trouvé coupable de l'assassinat de Guillaume Roquebrunne dit Larocque, un père de neuf enfants de Pointe-Gatineau. Le crime avait été commis à Hull le 21 juin précédent.  BAnQ, TP9-S9, Archives judiciaires, divers, exécutions 1863-1937. (Mis en ligne le 5 janvier 2014.)

 HULL – La religion catholique était très importante au Québec au début du XXe siècle et il fallait respecter ses rites même à l'extérieur du temple. Un jeune homme l'a d'ailleurs appris à ses dépens. Le jour de la Fête-Dieu de 1911 (juin), il y avait procession à Hull comme à toutes les années. Un jeune homme, sans doute de religion protestante, la regardait passer en se gardant d'y participer. C'est alors que le chef de la police l'a bousculé pour l'obliger à se découvrir, puis à s'agenouiller au passage du Saint-Sacrement. Le Spectateur (Hull), 22 juin 1911. (Mis en ligne le 22 décembre 2013.)

POINTE-GATINEAU – La première salle de cinéma de Pointe-Gatineau a été la salle Moreau qui a ouvert ses portes en 1917 au 33, de la rue Champlain. En 1918, la salle a changé de nom pour théâtre Gaiety et, en 1927, pour théâtre Régent. Le cinéma a fermé ses portes en 1935. Il était alors la propriété de Donat Paquin. (Mis en ligne le 22 décembre 2013)

HULL – Les soeurs dominicaines du Rosaire prennent en charge, le 17 décembre 1941,  l'orphelinat Ville-Joie Sainte-Thérèse que les Chanoinesses régulières des Cinq-Plaies du Sauveur avaient fondé en 1928. (Mis en ligne le 12 décembre 2013)

HULL – Une conflagration entraîne la destruction de seize maisons, rue Albert (Hôtel-de-Ville) le 4 décembre 1875. (Mis en ligne le 12 décembre 2013)

HULL – Le 12 décembre 1934, entre 11 heures et 11 heures et demie, trois enfants âgés de cinq ans se noyaient dans le ruisseau de la Brasserie, à Hull (Gatineau), à l'extrémité de la rue Charlevoix. Il s'agit de Roger Gravelle, Pauline Filion et de Robert Jean. Le Droit (Ottawa), 13 décembre 1934. La dernière noyade à avoir eu lieu dans ce ruisseau a eu lieu le 8 mai 2003. Il s'agissait d'un enfant de 8 ans nommé Quesnel. (Mis en ligne le 7 décembre 2013.)

POINTE-GATINEAU – Le 30 novembre 1955, vers 16 h 30, Raymonde Ladouceur, 13 ans, est écrasée par un camion, à l’angle des rues Moreau et St-Jean-Baptiste. Conduite à l’hôpital dans une ambulance, elle est rejointe par sa mère, Lorette Henri, aux urgences et lui dit : « Bonjour maman. Maman, viens m’embrasser. » Elle succombe peu après en prononçant les mots : « Maman… Noël. » Source : Le Droit (Ottawa), 1er décembre 1955. (Mis en ligne le 7 décembre 2013)

OUTAOUAIS –  Selon l'Ordre d'Orange (Orange Order), une organisation protestante raciste anglophone qui s'opposait à l'émancipation des Irlandais catholiques, le français était : « une langue dégoûtante ». Le Temps (Ottawa), 18 mars 1915. Au même moment, ces gens exigeaient que les « Canadiens-Français » se portent à la défense de la Grande-Bretagne en guerre contre l'Allemagne. Trois ans plus tôt, la province de l'Ontario avait aboli, à toutes fins utiles, l'enseignement du français dans ses écoles. (Mis en ligne le 7 décembre 2013.)

HULL – Il n'y a pas eu de guignolée en décembre 1911 dans la paroisse Notre-Dame-de-Grâce à Hull (Gatineau). Pour quelle raison ? « Il n'y a pas de pauvres dignes de ce nom dans la paroisse Notre-Dame » ont déclaré les autorités religieuses. Le Temps (Ottawa), 2 janvier 1912. (Mis en ligne le 2 décembre 2013)

PORTAGE-DU-FORT – Le pont qui reliait Portage-du-Fort (Pontiac) au canton de Ross (Ontario) s’est écroulé avec fracas le 23 novembre 1898. Il mesurait environ 600 pieds et il avait été construit 27 ans plus tôt. On en avait interdit le passage quelques jours plus tôt « car on s’apercevait que la structure n’était pas solide. Une dizaine de personnes avaient passé par là dix minutes avant l’accident. » Le Spectateur (Hull), 24 novembre 1898. (Mis en ligne le 30 novembre 2013)

 HULL – C'est au mois de mars 1905 que le cinéma est arrivé pour de bon en Outaouais quand Joseph M. Lavigne a commencé à projeter des films dans sa salle de « récréation », appelée Frontenac, qui était située dans l'ancienne ville de Hull, à l'intersection des rues Bridge (Eddy) et Queen (des Allumettières). La salle, qui présentait aussi du vaudeville, a fermé ses portes en 1911 à la suite de la faillite de son propriétaire qui avait changé son nom pour Salle Lavigne. (Mis en ligne le 30 novembre 2013)

HULL – L'une des premières campagnes antisémites en Outaouais a commencé en 1910. En effet, le journal Le Spectateur (Hull), du 27 avril de cette année écrit : « La campagne contre l’envahissement des juifs dans notre province prend de l’importance. Une vingtaine de journaux lancent le même cri, de vingt points différents de la province ; il est temps d’ouvrir les oreilles, et de fermer les portes à la juiverie qui est intimement liée à la franc-maçonnerie. » Le journal reviendra à la charge le 21 avril 1910 dans un article intitulé À propos des juifs : « En somme, il paraît bien évident que les peuples chrétiens ne peuvent lutter avantageusement contre les Juifs et que tôt ou tard ils deviendront la proie de l'affreuse juiverie. » Le propriétaire de ce journal était Ernest-E. Cinq-Mars dont une rue de Gatineau « honore » la mémoire. (Mis en ligne le 28 novembre 2013)

HULL – Selon le journal Le Spectateur (Hull) du 10 septembre 1890, le recorder (juge) Champagne condamnait deux enfants, J. Demeule, trois ans et Carolus Gaudreau, quatre ans, accusés d'avoir volé des outils de fer, à quatre ans et trois ans de détention à l'École de réforme de Montréal. (Mis en ligne le 27 novembre 2013) 

AYLMER – Le 28 août 1900, un homme est jugé à Aylmer (ville qui fait maintenant partie de Gatineau) pour avoir frappé son épouse d'un coup de poing et l'avoir menacée de mort. Le recorder (juge) Champagne relaxera le prisonnier en déclarant que la violence était justifiable jusqu'à un certain degré pour contraindre l'épouse récalcitrante à se rendre aux légitimes désirs de son mari ! (Mis en ligne le 26 novembre 2013)

Commentaires (1)

belanger
  • 1. belanger | 16/01/2017

je suis née à Hull en 1952 mes parents avaient une épicerie au 31 rue Maisonneuve avant c'était à ma grand mère paternel j'ai eu connaissance de ce que l'on appelait le gollé il y avait toute sorte de papier de E.B.EDDY on ne connaissait pas le danger

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 17/05/2016

×